Accueil/ Blog corpo

3 ans plus tard, sur la ligne de départ

Poursuivre ma lecture

C’est une grande nouvelle pour ma petite maison d’édition ! J’ai signé un contrat de distribution-diffusion avec Geodif, la filiale du groupe Eyrolles. Concrètement, qu’est-ce que cela veut dire ? Dès le mois d’Octobre (2022), vous retrouverez ainsi mes livres passés et à venir en rayons, dans toutes les FNAC, Cultura & librairies ! Après avoir fait mes preuves grâce à mes 2 premiers livres, et également fait preuve de patience il faut dire, cette magnifique nouvelle, marque également le véritable lancement des Éditions Outjo, avec plus de 10 livres de prévus sur les 18 prochains mois. 

 

La galère des débuts : 3 années, 2 livres, 2 bébés & 3 confinements

L’aventure Outjo a commencé il y a un peu plus de 3 ans (en 2019). Je publie alors mon 1er livre, Relations presse & Influenceurs (Juin 2019), que je signe également en tant qu’auteur. Étant à mes débuts d’éditeur, je n’essaye pas d’aller convaincre un-des auteur(s), alors que j’ai encore tout à prouver. Qui plus est, les relations presse & Influenceurs, c’est mon ancien métier puisque j’ai auparavant créé et dirigé une agence durant 6 ans. Et je dois avouer que j’ai bien trop envie de l’écrire, ce livre.
Une fois le livre prêt, un peu naïvement probablement, je me rapproche d’Amazon et de la FNAC pour m’occuper de la diffusion en ligne et en rayons. Si pour la diffusion en ligne, tout roule, pour la diffusion physique c’est une autre histoire…

La FNAC m'envoie gentiment un fichier Excel avec la liste de toutes les FNAC, des coordonnées des Chefs de rayons, et m’indique qu’il faut les démarcher une par une. Tentative d’emailing vaine, les emails sont erronés à 80% et ce support ne semble pas être apprécié par des Chefs de rayons davantage sur le terrain que derrière un ordinateur.
J’expérimente le téléphone, que j’abandonne également rapidement : tous m’indiquent qu’il faut se déplacer. Je ne me vois cependant pas faire un Tour de France des FNAC, même si l’idée m’effleure à quelques reprises, ce n’est de toute façon pas viable sur le long terme.
Je tente tout de même avec les quelques FNAC parisiennes, où je me heurte cette fois-ci à des “il n’est pas là”, “pas disponible”, et autres raisons diverses & variées. Je passe sur “il faut revenir” et donc s’y reprendre à 2 ou 3 fois, si ce n’est bien plus, et les tentatives de prise de Rendez-vous vaines (à cause ou surtout lorsqu’on est un petit éditeur dont personne n’a encore entendu parlé ?!). Finalement, les FNAC qui passent commandes prennent 1 ou 2 exemplaires maximum. La motivation en prend un coup, j’admets. Et ce n’est pas mon ventre, gros de 7 mois de grossesse, qui me permet de poursuivre sur le terrain.

Je me concentre donc sur les ventes en ligne, et je découvre en parallèle le métier de diffuseur. Parfait, c’est justement ce qu’il me faut ! Un diffuseur, dans l’édition, c’est une société dont le métier est d’assurer la diffusion des livres des éditeurs qu’il représente, dans les rayons FNAC, Cultura, librairies & co.
Je me mets donc en quête d’un diffuseur, Geodif en tête : c’est la filiale d’Eyrolles, qui est positionnée sur le créneau des livres business où je souhaite m’implanter. Vaut mieux approcher un diffuseur qui travaille sur mes thématiques : avec un diffuseur spécialisé dans la BD, je ne risque pas d’être bien représentée avec mes livres d’entreprise…
Sauf qu’il n’existe qu’une dizaine de sociétés en France sur ce créneau, et qu’il ne suffit pas de vouloir devenir client pour l’être. C’est eux qui choisissent leurs clients (ie. leurs éditeurs), et avec un seul livre publié, on me fait gentiment comprendre de repasser plus tard… 

Ok. Un 1er bébé et un déménagement plus tard, nous voici en 2020, j’attaque le 2ème livre : Le Grand Plongeon, que je co-écris avec 2 supers co-auteurs qui acceptent de me faire confiance : Anna Casal & Thomas Didier (ils me connaissent aussi de ma vie professionnelle d’avant, mais un immense merci à eux de s’être engagé avec moi). Je reprends ma recherche d’un diffuseur, mais avec un bouclage qui se fait en pleine période de couvre-feu qui stoppe de nombreux échanges commerciaux et une publication maintenue (début décembre 2020) avec Noël en ligne d’horizon, mais en plein 2ème confinement, la période est difficile. Ça bouge dans les sociétés, et ce n’est à nouveau pas mon ventre qui s’arrondit et une 2ème grossesse plus difficile, que ça s’arrange. 

En 2021, année à moitié enceinte, à moitié maman de 2 merveilleuses filles avec 18 mois d’écart tout pile, un nouveau déménagement dans la foulée, pas de livre (ou plutôt, le livre prévu ne sort pas - j’en reparlerais…). Les débuts puis le 1er hiver à 4 sont forts éprouvants, et je suis contrainte de revoir temporairement mes priorités - être maman et entrepreneur, ce n’est clairement pas toujours compatible… et ça a des impacts. En attendant, c’est un mélange d’impatience, mêlé à de nombreux questionnements qui en profitent pour surgir... 

2022 dans les starting-blocks

Janvier 2022, nouvelle année, nouvelle résolution ?! 
“Ça passe ou ça casse !” Un diffuseur ou rien, c’est un peu ça (j’exagère, mais je me pose la question). La liste des livres s’allonge, je continue de noircir des pages et des pages de cahiers sur la stratégie d’entreprise que je compte mener, mais mais… je n’ai toujours pas de diffuseur. Et cette fois-ci, hors de question de lancer un nouveau livre sans. 

Je profite d’un déplacement de plusieurs jours sur Paris pour partager de nombreux cafés, rencontrer plusieurs acteurs dans l’édition et surtout, je décide de me faire accompagner ! Je rencontre Mathias Echenay, consultant expert dans la commercialisation & la diffusion des livres, chez Axiales. Le feeling passe immédiatement, et je lui donne pour mission “Geodif ou Geodif” !
Avec les bons codes et les bons contacts, couplés à mes 2 premiers livres et un beau dossier, Mathias approche 3 diffuseurs et je séduis notamment Geodif avec qui je décide de travailler. C’était mon choix premier : Geodif ou rien, et même si Mathias m’a poussé à faire un tableau objectif des critères de sélection entre les diffuseurs, Geodif l’a emporté sur le cœur & la raison. 

Rendez-vous en Octobre en librairies !

En cette fin de mois de juin, me voici de retour de Paris, où j’ai participé à mon 1er “office” chez Geodif, comme ils disent dans le jargon. Une réunion commerciale de plusieurs jours, au cours de laquelle le Chef des ventes de Geodif et tous les commerciaux sont présents pour rencontrer tour à tour, chacun de leurs éditeurs et leurs nouveautés à paraître. 
Un grand oral, minuté, dans une grande salle un peu impressionnante. Les ventes à venir dépendent de la qualité de mon discours : à moi de présenter et de convaincre, pour qu’ensuite les représentants aillent vendre à leur tour aux FNAC, Cultura, librairies &co.

Le stress du grand oral forcément, l’importance de la 1ère impression à donner, puis le soulagement. Mes 2 premiers livres ont parlé pour moi. En complément, mon argumentaire, soutenu par des propos élogieux sur mon travail et ma maison d’édition, de la part du Chef des ventes. L’impression finale d’avoir créé quelque chose de bien avec ces 2 premiers livres, et ce que je projette. Et cette petite voix dans ma tête qui me dit de bien conserver ce moment en moi, pour les futures phases de doutes et de difficultés à venir qu’il y aura forcément, sur le parcours de chaque entrepreneur.

Je vous donne donc Rendez-vous dès Octobre en rayons, pour découvrir ou redécouvrir mes premiers livres et les suivants. En attendant, vous pouvez les acheter en ligne, ici, sur Amazon ou la FNAC, vous pouvez précommander les suivants (c’est important pour soutenir mon travail, et ma trésorerie aussi !). Et et et, tout aussi important : parlez-en autour de vous, et n’oubliez pas de laisser un commentaire après votre lecture, là où vous passerez votre commande.

A très vite pour la suite de cette belle aventure.

Empty content. Please select category to preview